Articles récents

Les herbes se cueillent toute l'année
et les jeunes pousses se cueillent quand ?


Quand commence les cueillettes des herbes ?
Voici une question pour celle et celui qui commence son apprentissage à la cueillette, car nous pourrions dire que la nature nous offre toute l'année des plantes à cueillir dans bien des régions de France. 
Nous sommes en hiver 2017/2018 au mois de  janvier, au Nord Est du continent - et nous trouvons encore des herbes pour agrémenter :

-
une omelette (pissenlit, ail sauvage, berce, rumex, primevère et pâquerette,etc.) 

Pour identifier facilement la cardamine.
sa taille varie selon la saison, la région et sa terre riche ou pas.




- une salade, (à manger cru : le mouron blanc ou stellaire, la cardamine hérissée au goût de cresson, la lampsane, menthe suave, feuilles de pissenlit en prenant le soin de couper les feuilles au cœur de la rosette pour éviter l'amertume de la saison, les jeunes feuilles de primevères, bourse à pasteur et de la violette, toutes les feuilles des laiterons et laitues sauvages ... toujours le cœur de la plante - car en cette saison beaucoup d'amertume dans les grandes feuilles extérieures.. )


- Un potage et pour parfumer et accompagner une viande ou poisson (la berce spondyle, encore un peu d'ortie urticante - et là c'est réellement le ressenti de sa piqûre - les pousses de coquelicots, pissenlit, laiteron, laitue, lampsane, lierre terrestre, menthe suave etc.) 
Faites des jus même en cette saison :  
Avec toutes plantes citées sur cette page les plants ne sont pas toujours au mieux de leur forme et pourtant ils restent nourrissant.

Vous avez une centrifugeuse, un extracteur de jus ?   Mélanger des légumes racines (panais, carottes, navets, céleri-rave, betterave rouge etc.) ajouter  des feuilles d'épinards ou de laitue du commerce puis des orties qui sont un peu coriace à cette époque, des tiges et feuilles de lierre terrestre, du pissenlit, les laitues sauvages, menthe suave et faites votre jus tonifiant et nettoyant.



Selon les régions les premières cueillettes de jeunes pousses se font à partir du début du mois de mars, jusqu'en avril/mai.

Cardamine hérissée - léger goût de cresson -


Ce sont les jeunes pousses tendres et goûteuses fortes de toute cette puissance de la terre renaissante après le repos 
de l'hiver.  
Ces jeunes pousses seront parfaites pour le jeune cueilleur débutant.
Le goût doux et peu prononcé de ces sauvages va permettre une acceptation gustative et éducative en douceur.
Oui, n'oubliez pas que se sont des sauvages et si vos papilles gustatives sont déformées depuis des années ou voir même depuis votre naissance par une alimentation de produits cultivés en rendements intensifs vous aurez besoin d'un temps "d'apprivoisement". Si votre nourriture fut de produits récoltés dans le jardin familial, vous aurez bien moins de difficultés à vous habituer de ces goûts si proches d'aliments familiaux et ancestraux et à la fois si étonnants. 

Ficaire. Fleurs et jeunes feuilles




Violette

Gléchome ou lierre terrestre



0

Les ateliers, balades et promenades se passent

dans l'Aube, département de la région Champagne Ardenne

en France


Vue d'un espace du parc des moulins - Troyes 
" L'association est ouverte à tous.
Son but est de faciliter la connaissance des plantes sauvages comestibles abondantes de votre environnement, appréhender la conscience de bien nourrir le corps par d'autres aliments non cultivés.
Les deux pouvant se compléter et s'associer parfaitement.

 L'association désire partager ses connaissances à qui serait intéressé, vous rendant chaque année de plus en plus autonome, connaisseur, gourmet et à la portée de chaque revenu.
Si cette approche de l'alimentaire gratuit et naturel vous nourrissant lors de vos cueillettes et balades vous appelle, Nous sommes là à votre disposition pour plus de rencontre, écoute et partage".


Les balades gourmandes : On se balade, on cueille, on cuisine.
Les Rendez-vous sont de mars à octobre.
Durée : sur une journée de 9 h 30 à 16 :17 h

Les petits chemins du samedi : On se promène, on identifie, on échange, on parle de future cuisine possible.
Promenade de deux heures dans les parcs de Troyes, sur les chemins de campagne, dans les bois de l'Aube selon nos échanges de lieux et curiosité.

Fleurs d'aubépine 

Fleurs de berce spondyle

Fleurs de camomille romaine

Fleurs de consoude de Russie

Fleurs de coquelicot et ombelles blanches

0

 Nouveau pour ce blog,

Nature et Complicités devient une association
Et nous améliorons le blog.
Il se met dans une nouvelle forme. 
Merci pour vos avis

« L’association est ouverte à tous.
Son but est de faciliter la connaissance des plantes sauvages comestibles de votre environnement, appréhender la conscience de bien nourrir le corps par d’autres aliments non  cultivés. Les deux pouvant se compléter et s’associer parfaitement.
L’histoire démontre que des personnes dans la faim, ne connaissant pas ses propres herbes de son chemin ou jardin en sont morts.
L’association désire partager ses connaissances à qui serait intéressé, vous rendant chaque année de plus en plus autonome, connaisseur, gourmet et à la portée de chaque revenu.
Si cette approche de l’alimentaire gratuit et naturel  vous nourrissant lors de vos cueillettes et balades vous appelle, 
Nous sommes là à votre disposition pour plus de rencontre, écoute et partage



Vous habitez l'Aube ou autres départements limitrophes  (région Champagne Ardenne en France  
Des ateliers gourmands sont organisés tous les 15 jours de mars à juillet. 
D'autres ateliers se créent en fonction de votre demande.


Inscrivez-vous !


 
L'association se met en action pour vous créer de nouvelles activités locales et d'autres pages de renseignements pour les lecteurs du blog, site Nature et Complicités ou page Facebook du même nom.
Une nouvelle activité a vu  le jour pour les habitants de l'Aube (10) et des départements limitrophes - 77 - 51  et plus...


dont la première fut ce 5 août. Un essai réussit, les quelques personnes présentent ont appréciées la richesse végétale du lieu Ce temps d'observation et de dégustation debout et sur le bout du doigt fut apprécié... que de chose à savoir ... on se reverra avec joie !

Prochaine promenade pour le samedi matin de 9h 30 à 11 h 30 le samedi 9 septembre.


Et encore du nouveau : 

Un clic ici Une page sur le site de quelques recettes complémentaires à celles mises sur le blog. 


 Clic :Les recettes de nos balades :  

 Nos recettes sont faites de l'association des plantes trouvées dans la nature et associées aux légumes cultivés. Nous jouons à en faire des présentation colorées comme ici.
Un jeu de gourmandise auquel nous nous retrouvons dans la joie du partage.
Prendre une pointe de fleur, de graine, une herbe de couleur différente fait que notre observation de la nature se retrouve dans l'assiette.
Bien es amis s'étonnent, au fur et à mesure des promenades, de la quantité étonnante de plantes comestibles sous nos pieds.
Eh oui, nous marchons dessus tellement que de plantes comestibles sont ignorées.
 


Dans cette coupe de salade nous avons eu plaisir à y ajouter les pétales de coquelicot, des fleurs de flox, pétales de souci, quelques tiges de stellaire sur une base de laitue. 
Faisant le tour du jardin de l'un ou de l'autre nous pourrions ajouter des fleurs de thym, de romarin, de fenouil, de capucine qui apporterait une note forte en huile essentielle dont sont porteuses ces dernières fleurs citées.



0



 Ce rendez-vous avec Vous !

Cuisiner ensemble- apprendre, partager
J'ai remis à jour cet article d'ouverture en février 2015
Le 23 mars 2013, j’ouvre ce blog « Nature et complicités » que j’ai dans la tête depuis 9 mois.
Une grossesse ! Même les idées ont besoin d'un temps de construction. 
L'avez-vous remarqué ! ... pour vous aussi le temps est une période sacrée, une période de maturation ?

Savoir se relier à soi et donner le meilleur du moment 


Mes difficultés avec le langage informatique  seront la principale raison de cette attente.
J’espérais l’aide  informatique qui à ce jour n’est toujours pas présente… dans ces cas là… je me lance et je fais de mon mieux.
Je ne sais pas ce que je vais partager, mais je vais me faire plaisir en écrivant  mes approches culinaires intuitives – réussies et quelques fois (rires) un peu moins réussies.




Cueillir et cuisiner orties et herbes sauvages de Nos jardins et environs.
Je vous accompagne et vous aide à identifier les principales « mauvaise herbes »
 Peu onéreux, fortement nourrissant, goûteux, économique, respectueux, ouverture à notre nature extérieure et intérieure…

Je prends un réel plaisir à écrire ce que je vis avec mon jardin et mes promenades proches.
J’espère que vous appréciez  et que le sourire se manifeste sur votre visage en me lisant.
Plantain lancéolé - plantago lanceolata L.

Je suis l’auteure de mes écrits et de mes photos de plantes.  
Je suis l'aureure de mes textes et photos de plantes

Lorsque je donne une information qui ne m’appartient pas j’en donne l’auteur ou l'éditeur. 

Je profite que cette page soit la première pour y écrire mes bases de la cueillette.
Donc ce blog est une approche basique de la plante comestible, la plante abondante - non  pas la plante rare mais bien celle que nous pouvons voir partout.
Lui rendre le respect qu'elle mérite pour tous les bienfaits qu'elle possède et nous offre.

Notez bien que je parle de  « mes bases » qui sont aussi une philosophie.
Je partage Ma vérité, Ma différence.
Elle peut vous éveiller à une autre différence.



Les herbes sauvages ne se consomment pas, elles se dégustent.

Cardamine de Zahlbuck 
Il sera utile de prendre le temps de les apprivoiser pour en avoir un total bénéfice.
Elles ne peuvent se cuisiner comme un légume de culture.
Sa structure physique et spirituelle est tout à fait différente.
Je donnerai tout au long de mes partages mes différentes approches. J’espère que ça vous aidera à aller à la rencontre  de cette nature nourrissante dans le sens large.
Je simplifie mes notes pour mes recettes. 
Les commentaires seront l’espace réservé à vos questions.

J’espère que vous vous en servirez afin de faciliter vos 1er pas dans cette nature gourmande et ne plus vous en éloigner.....
En fait, :) lorsque nous avons "refait" la rencontre de la vraie Nature... on ne peut oublier et s'en éloigner... IMPOSSIBLE !  Trop bon ! à tous points de vue - physique, psychologique : nourriture du corps et de l'esprit, équilibre - 
Lorsque je donne un avis de texture, de goût, il va de soi que nous pouvons avoir des avis différents - sourires-

N’en restez pas à ce que je suggère.
Soyez curieux, osez l’expérience, créez votre propre aventure en nature.
Je vous soutiendrai.
Il sera possible d’aimer certaines herbes que je n’apprécie que peu, alors que vous, vous en mangeriez avec moins de limites.
Il est possible que mes intestins réagissent  ou ne réagissent pas là  où vous seriez en observation contraire.

La grande majorité du temps, mes plats sont simples et ne sont pas surchargés en calories tout en étant complets et équilibrés.
Les protéines végétales, les oligoéléments et vitamines sont en quantité et qualité bien supérieures aux légumes de culture, ce qui justifie pour moi, l’absence de protéines animales la grande majorité du temps.

20 février 2015
En ce moment la cueillette commence : de la cardamine, des jeunes pousses de coquelicot, du pissenlit et de la stellaire

Se référer aux pages de ces plantes 




0

Les orties en lacto-fermenté


Je vous ai parlé des orties, puis des graines et suggéré diverses recettes.

j'espère que vous avez été au delà de mes conseils et que vous avez pris des risques pour inventer avec un tour de main "magique" des accompagnements et recettes différents

Voici une recette que je partage et qui fait des adeptes.
Lacto-fermenté avec ortie et
un lacto-fermenté avec grande consoude

Je me suis inspirée de ce Blog sur les lacto-fermentés  "ni cru ni cuit" et du livre de Linda Louis
Je vous invite à prendre le temps d'aller sur le blog des lacto-fermentés, surtout si vous n'en savez pas trop à ce sujet. Ce blog est très enrichissant comme ses conserves.

Puis inspirée, j'ai fait ma recette à moi - sourire -

Le bocal vert sur photo ;
Ortie : 50 à 100 gr
Et en poids équivalent de racines:
100 gr de carotte,
100 gr de navet,
100 gr d'oignon,
Râper vos légumes un par un - séparément -
- mixez vos orties -
Ajoutez à vos orties les légumes râpés et mixer rapidement l'ensemble.
Vous obtenez ce mélange de grains oranges, blancs à dominance verte.

Préparer la saumure à partir de 30 gr de sel gris pour 1 L d'eau de source de préférence
Bien faire fondre le sel avant de verser sur vos légumes.

Ébouillanter vos bocaux - Sécher-les. Plonger vos caoutchouc dans l'eau bouillante. Séchez-les.

Remplir chaque bocal de la composition à 2 cm du bord.
Verser la saumure - fermer votre bocal. Ne plus l'ouvrir.. sauf pour dégustation - sourire -

Dès le 2ème jour (selon la T° ambiante du moment des bulles montent le long du bocal ;

Agrandir la photo pour bien voir
Laisser 8 jours à la lumière naturelle de votre cuisine à T° ambiante.
Prendre soin de mettre vos bocaux sur une assiette ou plateau le temps de ces jours de fermentation.
La pression de la fermentation fait déborder le bocal- laissez faire.
L'eau va se troubler puis devenir claire (selon la T°) entre 3 et 8 jours.
Une fois cette fermentation finie. Rangez vos bocaux dans un endroit frais comme une cave - entre 14 et 18 °
Consommer à partir de 3 semaines - se garde parfaitement bien plus d'un an au vue de mon expérience... et un bon mois, voir plus une fois ouvert dans votre réfrigérateur.

Son goût légèrement aigrelet permet de manger ce lacto-fermenté dans toutes sortes d'occasions et de plats à votre convenance
Servir avec salade, potage, viande etc..


  
Lacto-fermenté de grande consoude
Les premières bulles apparaissent dès le 2ème jour de remplissage. 
Bocal fermé impérativement sinon la fermentation et la transformation ne peut avoir lieu.




Autre recette : Grande consoude en lacto-fermenté
Lactation en eau trouble - attendre encore avant stockage 


Feuilles de grande consoude en lamelles - ôtez la tige -
Quantité : une poignée de consoude par pot
Une quantité équivalente de racines:
100 gr de carotte, 100 gr de navet, 100 gr de panais,
J'ajoute en plus du gingembre frais en lamelles et 1.c à café de graines de cumin par pot
-  faites selon votre goût  pour les aromates
Je couvre de saumure - 30 gr de gros sel gris par litre d'eau


En 8 jours la couleur de la préparation change.

1er jour: L'eau est claire
2ème jour: L'eau se trouble et peut déborder du bocal  fermé - pression - pour l'ortie c'est le cas - la pression monte rapidement et se stabilise plus rapidement que les autres herbes 
3ème à 8 jours: L'eau s'éclaircit - c'est le signe que les bocaux peuvent se mettre à l'ombre et fraîcheur pour 3 à + semaines pour parfaire l'alchimie du lacto-fermenté.








2


 La nature nous aide, comme je vous en ai parlé dans - Cure de pissenlit - à améliorer notre confort physique, humeur et santé en changeant légèrement nos habitudes alimentaires tout en s'amusant. 

 Cet élan vers la nature peut susciter quelques réactions des personnes à qui vous en parlerez.

 Tout en étant heureux d'écouter vos récits il y a comme une sorte de peur intérieure inconsciente chez eux qui va se manifester par des...
 OUI, Mais...


Balade en Champagne crayeuse déboisée il y a 50 ans 



OUI, Mais... vient rapidement dans le langage. 
Il est là pour montrer la résistance mentale à ...
Oui, mais ...
j'aimerai bien faire comme toi, aller dans les près, les bois, cueillir mes herbes..
mais...je n'habite pas à la campagne..., il pleut..., je n'ai pas de voiture... je n'ai pas le temps.. J'ai les enfants... j'ai ma femme qui ...j'ai du travail en retard... Je dois tondre la pelouse... 

En effet les Oui, mais, nous disent que nous ne sommes pas prêt à ....



Balade au bord de l'eau

Ici il est question de faire la cueillette des herbes, de prendre le temps de se balader et de se détendre, de changer ses habitudes. Il en sera de même chaque fois qu'il y aura envie de bouger, de changer tout comme oser se mettre au vert,  peur de manger un aliment nouveau.
Et les herbes sauvages sont de nature Sauvages et font peur sans pour autant en avoir lu quelques auteurs

Balade en  campagne




A tous les Oui, Mais.. je vous invite à visionner l'extrait du film
Oui, mais .. avec Gérard Jugnot 




0





J’ai commencé mon observation de cette plante avec lenteur – sourire -


Oui !  Il y a tellement de plantes abondantes à déguster. Réinventer la façon de rendre honneur à leur grande générosité pour notre santé que cette plante qu’est l’Armoise si connue et appréciée depuis l’antiquité m’a pris du temps.
Mais quelle importance, n’est-ce pas ?
Il y a un temps pour chacun et chacune et le temps est Juste si nous savons l’appréhender.

Donc voici l’armoise en découverte, dégustation et complicité.
Au cours de mes balades de cueilleuse j’avais commencé par lui couper la tête alors qu’elle était jeune en pousse et j'avais mâchouillées ses feuilles (toujours dans ma phase d’apprivoisement), puis j’avais eu la curiosité de couper la tige plus grosse de l’armoise en pousse plus tardive, une autre année - la peler et manger ce tronc au goût d’artichaut – 
c’est le goût que je lui reconnaissais – certains lui trouvent un goût de sauge…et toi, et vous ?

J’avais aussi cuisinées ses têtes nouvelles en beignets…

Non ! L’Apprivoisement n’était pas encore-là – vous savez, l’Apprivoisement du Petit Prince rencontrant le Renard – « … il faut des rites… » Ben ! Mes rites à moi n’étaient pas encore aboutis.

Cette année - juin 2014 - ça y est, je peux vous en parler avec le cœur, le vrai !
Celui qui sait si bien reconnaître de loin à sa couleur cette plante au beau milieu de tant d'autres
Qui sait que lorsque je la touche, mes nerf sensitifs de la mains savent reconnaître cette texture, cette douceur, cette forme les yeux fermés
Mon palais sera la reconnaître, l'identifier les yeux fermés aussi. Centré sur ce que dégage cette vie végétale
Je ressentirai l'effet dans mon corps, là où elle nourrit à cet instant - et si ce ressenti est plus faible ou plus fort j'en accepterai les variantes car la vie est ainsi - monte/descend, avec/sans, pleurs/rires...


L’armoise doit son nom à la déesse grecque Artémis.


L'armoise est de la famille des Astéracées (composées)

Synonymes : Artémise, herbe de feu ou de Saint Jean, Couronne de Saint Jean, Tabac de Saint Pierre, Herbe aux cent goûts


L’histoire de l’armoise semble venir de très très loin : de-ci de-là quelques informations glanées :

Larousse - Encyclopédie des plantes médicinales
L’armoise est appréciée depuis des millénaires en  Chine où elle est utilisée pour moxa, pratique consistant à mettre la peau en contact avec un bâtonnet  d’armoise incandescent au-dessus des points d’acupuncture.
Parties utilisées ; Feuilles, racines
Effets et usages médicaux ; Plante digestive et fortifiante, l’armoise commune fait l’objet d’usages traditionnels très variés. Agissant de manière plus douce que la plupart des autres espèces du genre Artemisia , elle peut être administrée pendant une longue période à faible dose pour stimuler l’appétit et les fonctions digestives et améliorer l’assimilation des aliments. Les propriétés stimulant utérin qu’on lui prête en Europe sont contredites par les Chinois qui la prescrivent pour éviter les fausses couches et pour réduire ou arrêter les écoulement menstruels……
  
Armoise en fleur 
Propriétés : Plante médicinale réputée, elle est tonique, fébrifuge, antispasmodique, diurétique, emménagogue et vermifuge, elle fut très longtemps utilisée en médecine.
L'armoise est constituée de résine, de tanin, d'huile essentielle et dans les feuilles, on trouve de la vitamine A1, B1, B2, C.
Dans les fermes, on s'en sert encore en bouquets suspendus dans les étables afin d'éloigner les mouches qui énervent les animaux.
L'armoise est employée en usage externe et interne.

Sainte Hildegarde et l’armoise

« L’armoise est très chaude et sa sève très utile, et, mangée en marmelade, elle soigne les viscères (intestins, vessies, utérus) et réchauffe le corps, particulièrement l’estomac malade. Celui qui a mal fera cuire de l’armoise avec de la viande ou de la graisse, ou la mangera en compote ou en condiment. Les substances putrides dues à des aliments et des boissons pris antérieurement, seront alors éliminés ».

Bernard Bertrand « Cuisine sauvage des haies et talus » ED. de Terran 
Nous dit : 
Autres armoise du jardin = L’absinthe,
Le saviez-vous ? L’estragon est aussi une armoise, les armoises de montagne : ce sont les plantes naines connues sous le nom de génépi !

Parties consommées et conseils de récolte: Feuilles jeunes avant floraison. Contrairement aux alcools à base d’absinthe, les armoises cuisinées ne sont pas toxiques, toutefois, en raison de ses propriétés abortives, il est conseillé de ne pas la consommes à dose élevée (au-delà de 60 gr par jour et par personne) 

Les armoises sont des sous-arbrisseaux ou des plantes herbacées qui se regroupent en plus de 200 espèces, elles sont cultivées pour leur feuillage décoratif vert, argenté ou gris ainsi que pour leurs qualités aromatiques

Cuisine 
C’est au printemps qu’elle est la meilleure.
L’extrémité de ses tiges forme un regroupement de feuilles quelques fois un peu rougeâtre, vert sombre et doux au toucher. 
  • -     A ce stade  j’en fais des beignets. 
  • -     Je mets ses feuilles fraîches hachées crues dans une salade
  • -     Je grignote ses tiges pelées crues en salade, juteuses et craquantes je les sers en apéro accompagnées d’une sauce au choix
F. Couplan nous dit dans son livre « Déguster les plantes sauvages » ED. Sang de la Terre
- Au Japon, les jeunes feuilles sont cuites à l’eau et mangées avec des graines de sésame grillées et de la sauce de soja.
 On s’en sert aussi pour aromatiser et colorer des boulettes de riz gluant, les mochis.
Pour pouvoir en disposer toute l’année, les jeunes pousses sont blanchies à l’eau bouillante puis séchées à l’ombre et enfin au soleil.

Recettes :
Soupe à l'armoise et lentille corail 
Soupe à l’armoise : 1 grosse poignée de feuilles d’armoise, 300 gr de lentille corail, 1 oignon, 2 verre de lait végétal, 2 c. à s de crème, sel, poivre (ici j'ai remplacé le poivre par du piment d'Espelette)
Hacher l’oignon. Faire cuire les lentilles corail dans 2 fois leur volume d’eau froide pendant 15 mn, avec l’oignon. Remuer vivement les lentilles jusqu’à ce qu’elles soient presque réduites en purée, puis ajouter la crème, le lait, l’armoise hachée grossièrement et (facultatif) du curry en poudre. Si la soupe est trop épaisse, diluer avec du lait (je choisis du lait de coco en ajout). 
(Ici sur la photo, j'ai mixée la soupe). Saler, poivrer généreusement avant de servir.

Variante de cette soupe – avec des lentilles vertes, blondes ou pommes de terre, puis servir sur de grande tranche de pain de campagne grillée et frottée d’ail - ajout de fromage comme parmesan.

Sauce à l’armoise de B. Bertrand : Armoise, yaourt, 1 c. à c de moutarde, 2 c. à s d’huile d’olive, 1 c. à s de vinaigre, sel, poivre
Récolter et lavez 5 têtes fraîches d’Armoise que vous hachez grossièrement. Mélangez ensemble le reste des ingrédients, ajoutez l’armoise hachée et mixez le tout pour obtenir une sauce onctueuse et homogène.
Pour salades sauvages ou non ou en compagnie d’asperges ou artichauts…
Remplacez le yaourt par de la crème fraîche de lait de vache et vous obtiendrez une crème onctueuse qui accompagnera vos viandes blanches et poissons

Vinaigre d’armoise : toujours de B. Bertrand 
80 gr d’armoise, 1 tronçon de tige d’angélique, 1 L de vinaigre de vin blanc.(et non du vinaigre d'alcool)
Faites macérer pendant un mois l’armoise dans le vinaigre, en exposant à la lumière du jour, et si possible au soleil, quand il est là !
Ce vinaigre parfumé est un excellent condiment aromatique aux propriétés digestives reconnues…







0


Noisetier commun - corylus avellana
Le noisetier figura rapidement parmi les espèces cultivées, probablement dès l'antiquité. A Pompéi, on a découvert des noisettes à grands noyaux. En Europe Charlemagne généralisa sa culture. ...

Voici, rapidement, ce que j'avais envie de partager sur l'histoire de la noisette.

Tout le monde la connait, n'est-ce pas ?

Mais, peut-être pas tout ce qui il y a dire sur ce fruit si délicat.
Profitez de cette saison pour vous faire plaisir avec ce fruit sec. C'est le meilleur moment pour compléter vos repas avec elle à tout point de vue !
 

En cuisine 
Au printemps : Les feuilles et les boutons de noisetier encore tout frais sont délicieux dans des salades composées et les soupes. 
Les noisettes sont  utilisées surtout pour la préparation de gâteaux, du chocolat, des sucreries, des crèmes, des glaces. On les ajoute dans les salades de fruits et dans les plats salés, par exemple des farces, les soufflets, les rôtis.

Je ne vous donne qu'une recette que j'aime particulièrement la crème à l'agar-agar... 

Faire un clic ICI    Vous remplacerez l'amande par de la noisette et vous ferez ce que votre créativité vous dira à partir de ce lait de noisette fait maison.

Recette ; Biscuit aux noisettes fraîches 
Biscuit aux noisettes fraîches et gelée de pomme
200g de noisettes fraîches décortiquées*, 50 gr de sucre de canne en poudre, 100g de farine, 75 g de beurre, 3 œufs, 3 c. à soupe de miel de bruyère 
Préparation : Mondez les noisettes en les plongeants 30s dans de l'eau. Sèchez-les dans un torchon. Mixez-les avec le sucre sans toute-fois en faire une pâte; le mélange doit-être sec et granuleux.
Mettez la farine dans une terrine et ajoutez la poudre de noisettes sucrée. Faites tiédir le beurre et le miel. Ajoutez. Battez les œufs en omelette, versez-le dans la terrine en filet et mélangez pour obtenir une pâte lisse et homogène. 
Cuisson : Préchauffer le four à 160°(th.5). Versez la préparation dans un moule à cake beurré et enfournez pendant 40 mn environ. Vérifiez la cuisson avec la pointe d'un couteau : elle doit sortir sèche
Servir nature ou accompagné  d'une crème fouettée, d'une gelée de fruits...
* je remplace les noisettes fraîches par de la poudre de noisette ainsi = 100g de poudre et 100g d'eau. Je laisse la poudre reprendre toute l'eau et je procède de la même façon qu'indiqué pour la suite  

Ses vertus ED. Gründ : Extrait
Haute teneur en matières nutritives et une grande valeur énergétique. 
Grâce à leur saveur délicate, elles sont encore plus appréciées que les noix.

Elles contiennent quelque 60 % de corps gras, 14-20 % de protéines, 5 % d'eau, 8-14 % de glucides, beaucoup de potassium, de phosphore, de calcium, de magnésium ainsi que du fer et du cuivre, de l'acide folique, des vitamines du groupe B, de la provitamine A, des vitamines E et C  ( jusqu'à 30mg par 100g de fruits). 
Elles possèdent des propriétés curatives : râpées avec du miel, elles constituent un remède contre la toux.

Fleurissant au printemps, cet arbre est particulièrement intéressant aux yeux des apiculteurs. 
Les fleurs mâles apparaissent au printemps regroupées en chaton pendants. 
Les fleurs femelles forment des inflorescences semblables aux bourgeons qui laissent apparaître un pistil rouge.

 
Noisetier  à  guirlandes  -sourire -
A cette époque de l'année les chatons fleurissent et s'allongent jusqu'à multiplier par 4 fois leur taille. 
Lorsque vous les touchez, leur pollen laisse dans vos mains une poudre jaune d'une grande douceur. 
Ils transforment la vue de l'arbre en joyeuses banderoles faisant penser aux arbres à rêves auxquels nous accrochons nos souhaits.
  
Bien que cela soit tombé dans l'oubli j'en parle un peu.
 
  Les vertus des chatons, feuilles et écorce  

Chatons : substances actives : flavonoïdes > ablutions et cataplasme, en infusion = troubles de la circulations sanguine...
Chatons en fleur - janvier 2014
Les feuilles contiennent huile essentielle, bétuline
Écorce : huile essentielle bétuline

Feuilles et écorce :Effets principaux : astringents, vaso-constricteurs.
Effets secondaires : astringents et fébrifuge
Usage interne ; En cas de varices ou de fièvre
Usage externe : En cas de plaies ou dermatoses 
Extrait du livre : Le livre des arbres et de la santé - René A; Starssmann
 
Pollen des chatons sur les mains





0